Les cours en Ligne ouverts et massifs (MOOCs) ont le vent en poupe

Les cours en ligne ouverts et massifs (en anglais : massive open online course, MOOC) constituent un exemple de formation ouverte et à distance en […]

mooc-tablet-400x210

Les cours en ligne ouverts et massifs (en anglais : massive open online course, MOOC) constituent un exemple de formation ouverte et à distance en télé-enseignement. Les participants aux cours, enseignants et élèves, sont dispersés géographiquement et communiquent uniquement par Internet. Des ressources éducatives libres sont souvent utilisées. Le qualificatif « massif » quant à lui, est lié au grand nombre de participants ; dans le monde anglophone, il arrive fréquemment que 100 000 personnes soient réunies pour un cours.

Il existe deux grands types de cours en ligne ouverts et massifs : les xMOOC qui visent à valider les compétences acquises en délivrant un certificat de réussite (par exemple chez Coursera) et les cMOOC dont les objectifs d’apprentissage sont ouverts et dont les participants créent dans une large mesure le contenu. Ces cMOOC sont fondés sur la théorie de la connectivité et sur une pédagogie ouverte qui s’appuie sur des réseaux de contenus et d’individus.

Les Plateformes leader dans le monde

Udacity
L’essor des MOOC commence à partir d’un cours d’intelligence artificielle dispensé sur le site de Stanford en novembre 2011. L’enseignant en charge, Sebastien Thrun, est un professeur de robotique d’origine allemande; il travaille aussi chez Google sur les voitures automatisées. Le cours attire 160 000 étudiants alors qu’environ 10 000 étaient attendus, environ 23 000 terminent le cours. À la suite de ce succès, Sebastian Thrun abandonne son poste de professeur à Stanford et fonde Udacity en février 2012. Deux cours sont lancés: un cours de programmation, le CS 101: Building a Search Engine et un cours d’intelligence artificielle, le CS 373: Programming a Robotic Car. S. Thrun investit 300 000 dollars de fonds propres dans le projet, plusieurs millions de dollars sont par la suite investis par des fonds de capital-risque. Le nombre de cours dispensés augmente tout au long de l’année 2012. En décembre, la plateforme propose quinze cours, en majorité centrés sur la programmation, l’algorithmique et sur Internet, mais on y trouve également des cours de physique, de statistiques et d’entrepreneuriat. Les intervenants qui créent ses cours sont d’origine diverse, on retrouve ainsi le serial entrepreneur Steve Blank, qui dispense le cours « How to Build a Startup: The Lean LaunchPad », des collègues de Sebastian Thrun à Google comme Peter Norvig, ou des professeurs issus d’autres établissements comme David Evans, de l’Université de Virginie. La plate-forme a dépassé les 400 000 inscrits en octobre 2012. À la suite du succès immédiat de Udacity, les créations de MOOC vont se multiplier rapidement.

Coursera
Le premier MOOC à emboîter le pas à Udacity est Coursera, en avril 2012. Coursera présente de nombreux points communs avec Udacity. Les fondateurs Andrew Ng et Daphne Koller sont professeurs en intelligence artificielle à Stanford, et décident de suivre l’exemple de Sebastian Thrun en mettant sur Coursera un cours d’intelligence artificielle auparavant dispensé sur le site de l’université. Le premier cours de Coursera est un cours de Machine Learning. Coursera lève dès avril 2012 seize millions de dollars grâce à un fond de capital-risque, embauche une vingtaine d’employés et construit rapidement une plateforme fonctionnelle. La stratégie adoptée par Coursera diffère considérablement de celle adoptée par Udacity. Alors que Udacity se focalise sur quelques cours et produit lui-même son contenu, Coursera ne produit pas lui-même ses cours, et noue dès ses débuts des partenariats avec des universités américaines. La plateforme avait ainsi mis en place 12 partenariats en juillet 2012, le nombre s’est élevé à 33 en septembre. Les partenaires ne se limitent désormais plus aux seules universités américaines. Quoique l’essentiel des universités appartiennent au milieu anglo-saxon, comme l’université de Toronto au Canada ou l’université de Melbourne en Australie, Coursera héberge également des cours de l’université de Hong Kong ou même des cours de l’École fédérale polytechnique de Lausanne, dont un premier cours de programmation en français. De même, alors que Udacity se centre sur l’informatique, Coursera accueille des cours de toutes les disciplines, sciences humaines, sciences dures, comme les mathématiques, la physique ou la biologie. On y trouve ainsi des cours d’histoire, de sociologie, de philosophie, ou des cours sur la poésie. Dès septembre 2012, plus de 200 cours sont annoncés ou en cours de déroulement. La diversité des sujets traités attire une foule croissante d’étudiants, et plus de deux millions d’internautes se sont inscrits à au moins un cours entre avril et décembre 2012.

edX
Contrairement à d’autres universités prestigieuses comme Duke ou Princeton, le MIT ne rejoint pas Coursera. À partir de l’un de ses projets de partage de cours en ligne, le MITx qui fonctionne dès décembre 2011, l’établissement s’associe avec Harvard pour former en avril 2012 la plateforme edX. Les deux institutions apportent chacun 30 millions de dollars pour le lancement du projet. Contrairement à Coursera et Udacity, edX est une association à but non-lucratif, dont le code est libre. La volonté de ne pas laisser le monopole de l’enseignement en ligne à des institutions privées constitue l’une des raisons avancées pour expliquer la création de edX. Berkeley rejoint le consortium courant juillet 2012, suivie des neuf universités de l’University of Texas Systems, et les annonces de partenariats se multiplient, plus de deux cent institutions d’envergure internationale ont exprimé leur intérêt pour une collaboration avec la plateforme. Pour l’heure, seuls le MIT et Harvard financent la plateforme, les autres universités se contentant de fournir le contenu pédagogique. Fin décembre 2012, on y trouve une quinzaine de cours centrés sur l’informatique et les disciplines scientifiques. On y retrouve les cours d’intelligence artificielle et d’introduction à la programmation, désormais classiques au sein des MOOC. Le nombre d’internautes inscrits, avoisinant les 400 000, est fin 2012 notablement plus bas que Coursera.

Accéder directement aux Plateformes de MOOC:
EdX: https://www.edx.org/

Coursera: https://www.coursera.org

Udacity: https://www.udacity.com/

Source: Wikipedia.

Ajouter un commentaire

Les écoles à la une

Offres Stages & Emplois

» Voir toutes les offres